Schlosshof, le cadeau d’un prince à une impératrice

Classé dans : Témoignages | 0

Susanne est une mumpreneuse parisienne qui a passé son enfance en Autriche. Elle partage avec vous son coup de coeur pour le château de Hof (Schlosshof) qu’elle a visité récemment.

En Autriche, à quelques arpents de la frontière avec la Slovaquie et à une heure de route de Vienne, vous pouvez découvrir un bijou baroque inconnu de la plupart des voyageurs. Suivez Susanne, pour visiter le château de Hof (Schlosshof) durant cette année de jubilée de Marie-Thérèse, femme politique et mère attentive du XVIIIe siècle.

Construit dans la plaine du Marchfeld, le château de Hof connaît une nouvelle dynamique depuis sa restauration dans les années 2000. Lors des fêtes baroques qu’il organise, venez costumé pour revivre le faste de cette demeure majestueuse en Autriche.

Le château présente une double singularité :

  • sa collection de meubles (1 500 pièces) est impressionnante ;
  • sa ferme et son domaine agricole couvrent près de 50 hectares.

 

Mais qui était Marie-Thérèse ?

 

Il s’agit d’une des rares femmes Habsbourg ayant accédé au trône d’Europe centrale, position largement disputée à l’époque dans la guerre de succession d’Autriche. Elle a « tout bon » : un mariage d’amour avec un Lorrain, un choix de ministres compétents qui sauvent le pays et une diplomatie qui fait de l’ennemie français un allié. Sur ses16 enfants (!), 13 survivent, avec parmi eux l’infortunée Marie-Antoinette. Marie-Thérèse suivait de près l’éducation de chaque enfant et ses goûts personnels. Elisabeth Badinter vient d’ailleurs de lui consacrer un ouvrage.

 

Qui était le prince Eugène de Savoie ?

 

Commanditaire du château de Hof comme du château de Belvédère à Vienne où il y a la plus importante collection de tableaux de Klimt, entre autres, le prince Eugène de Savoie était un stratège militaire brillant. Louis XIV n’ayant pas accepté que ses officiers combattent les Ottomans, le Prince Eugène met son savoir-faire au service de l’ennemi Habsbourg et raccompagne les armées turques jusque dans l’actuelle Roumanie.

En remerciement, la couronne autrichienne finance son goût pour les belles choses. Ne pouvant pas léguer ses biens à des successeurs, il offrira ses nombreuses possessions à la Couronne.

Schlosshof, un écrin baroque… donc immense !

 

Le château lui-même, beau sans être spectaculaire, s’étend sur 8 terrasses de jardins. Eugène de Savoie a connu Le Nôtre et aimait le raffinement. Les parterres, les plans d’eau, les monuments s’enchaînent et se répondent.

Un des bâtiments les plus impressionnants est l’Orangerie, dans un pays où il gèle souvent pendant 6 mois. Quand vous y entrez, il fait chaud même sans chauffage. Un vrai bâtiment bioclimatique.



 

Des animaux baroques

 

Schlosshof est un paradis pour les enfants. Immense, sans danger sauf de passer trop de temps dans les aires de jeux !

Il compte une rare collection d’animaux blancs. Nous avons rencontré des ânes, un paon blanc… Il se passe toujours quelques choses, et la modernité n’est pas absente : un simulateur de calèche permet de s’entraîner à la conduite d’attelage.

Partout, il y a des ateliers artisanaux, des jardins pour goûter, des animaux à caresser.


 

Envie d’une autre escapade en Autriche ?

Expérimentez un week-end à Vienne hors des sentiers battus.

Crédits Photos : Tauralbus  / CameliaTWUJános Korom Dr.  / schultz+schultz

Laissez un commentaire